Le chemin de Compostelle : Je réponds à vos questions

Il y a quelques jours je fêtais déjà la troisième année depuis mon départ sur le chemin de Compostelle.

•25 Avril 2017•

Il y a 3 ans , jour pour jour, je me lançais dans la plus belle aventure de ma vie. Le chemin de Compostelle. Plus qu’une aventure, une renaissance, le début d’une nouvelle vie. 1822km, 3 mois de marche à travers la France, l’Espagne et le Portugal. Quel chemin parcouru! C’est fou à quel point ce chemin a bouleversé ma vie, vraiment… Je me souviens précisément de chacune de ces journées. Je me souviens de toutes les émotions par lesquelles je suis passée. Je me souviens de toutes les personnes formidables que j’ai rencontré. Je me souviens de tous ces petits villages que j’ai traversé. Ce sont les 3 mois les plus riches, les plus intenses de ma vie, physiquement comme mentalement. Je vais refouler ces sentiers un jour , soyez en certain!
Beaucoup d’émotions de me dire que mon départ était déjà il y a trois ans, sous la neige en Auvergne, pour finalement arriver 3 mois plus tard sous chaleur écrasante du Portugal.
Si un jour cette aventure vous appelle… s’il vous plaît écoutez vous et foncez!

Suite à ce texte que j’ai rédigé sur Instagram, vous avez été plus que nombreux(ses) à me poser des questions sur cette magnifique aventure et à me suggérer d’écrire un article sur mon Blog. Je suis tellement heureuse que ce sujet vous parle, puisqu’il fait également chavirer mon coeur, oh oui!

Je vous ai donc demandé sur Instagram de me poser toutes vos questions pour que je puisse y répondre ici sous la forme d’un article, and here I am! C’est parti mon kiki!

× Est ce que tu faisais déjà de la marche avant de partir? Est ce que tu étais sportive?

Alors, personnellement je crois que j’ai toujours été assez sportive. Mais quand je dis sportive, je ne dis pas non plus que je courais des marathons tous les weekends hein! Disons que j’avais une pratique sportive très régulière, dans ma salle de sport et en course à pieds où je dépassais assez rarement les 10km. J’avais déjà fais des randonnées dans ma vie, mais je ne connaissais pas cette pratique plus que ça. Donc non, je n’étais définitivement pas une grande habituée de la marche!

× En combien de temps t’es tu préparée à ce périple? Est ce que tu t’es entrainée?

Entre le moment où j’ai décidé de partir, et le jour du départ, il ne s’est passé qu’un mois. Contrairement à ce que vous pourriez penser, je n’ai donc pas eu de préparation particulière pour partir sur le chemin, et non je ne me suis pas entrainée plus que mes séances de sport habituelles. Tout le monde, je dis bien TOUT LE MONDE, peut partir sans aucun problème. Pour vous rassurer, j’ai rencontré plusieurs personnes qui n’étaient pas du tout sportives à la base, et j’ai même marché plusieurs étapes avec un vieux monsieur de 82 ans qui marchait plus vite que moi, incroyable!

En fait, on s’imagine souvent que le chemin est un immense effort à fournir, et c’est vrai que quand je dis que j’ai parcouru 1800km, ça peut paraitre impressionnant. Mais dites vous que c’est vous qui choisissez votre rythme, c’est vous qui choisissez combien de km vous voulez faire tel ou tel jour en fonction de votre forme. Le chemin n’est pas une course! Comme moi, vous aurez sans aucun doute des grosses courbatures les premiers jours, vous aurez peut être des ampoules, et certaines étapes seront plus difficiles que d’autres, mais cette expérience vous apprendra à vous écouter, et comme on disait sur les sentiers « qui veut aller loin ménage sa monture! ». Autrement dit, si vous voulez aller loin il est très important d’écouter les signaux de votre corps parce que finalement, c’est lui qui vous emmènera jusqu’au bout.

3H5A0213

× Es-tu partie seule?

Oui, je suis partie toute seule! Je suis arrivée au Puy en Velay  le 24 Avril 2017 seule avec mon  sac à dos, ne sachant pas très bien ce qui m’attendait, pour parcourir les sentiers de Saint Jacques ! Pour être honnête avec vous, je vous conseille de partir seul(e), le chemin est un cheminement intérieur qui pour moi a beaucoup plus de sens quand on est en tête à tête avec soi même. Ne vous inquiétez pas, vous êtes finalement rarement complètement seul, puisque vous rencontrerez et pourrez choisir de marcher avec des pèlerins tous les jours! C’est d’ailleurs là que la magie des rencontres opère, parce que quand vous êtes seul(e), vous êtes finalement beaucoup plus ouvert(e) aux autres!

Si partir seul(e) est quelque chose qui vous fait peur, je vous rassure… ce chemin est de mon point de vue l’une des aventures les plus safe que je connaisse! Le chemin est extrêmement bien balisé, vous traverserez de petits villages avec des auberges et des petits bistrots/épiceries très régulièrement. Je n’ai personnellement jamais rencontré de problème particulier.

Voyez cela comme une expérience, comme un challenge, vous vous sentirez tellement libérée quand vous vous rendrez compte que vous n’avez besoin de personne pour réaliser vos rêves! C’est selon moi le plus beau cadeau que vous pouvez vous faire!

PS : Bien sûr libre à vous si vous souhaitez partir avec un ami, votre amoureux ou plusieurs amis (soyons fous), je vous donne juste mon avis concernant mon expérience, et personnellement j’ai adoré le faire seule, mais je suis sûre qu’un tel périple peut aussi se faire avec de la compagnie!  

0.257

× Combien de Km faisais tu par jour?

En moyenne, je faisais je pense 25km par jour, après toutes les étapes sont différentes et ça peut varier, en fonction des auberges où tu souhaites t’arrêter, en fonction du dénivelé, des personnes que tu rencontres et que tu décides de suivre ou non…

Comme je le disais plus haut, il n’y a pas de règle, et je m’écoutais beaucoup au jour le jour.  Si je me sentais fatiguée je faisais des petites journées entre 15 et 20km, si je me sentais en pleine forme, je pouvais faire des journées de plus de 30 km. La distance entre deux villages étapes est rarement plus de 30km, il est donc très rare que vous soyez « obligé » de marcher plus de 30km.

De plus, j’ai sentie une réelle différence entre le début du chemin et la suite, dans le sens où déjà après un mois, je peux te dire que tes ptits mollets ont déjà bien chauffé, et vers la fin je pouvais faire des distances que je n’aurais jamais pu faire au départ. Il est normal d’avoir des courbatures ou certaines douleurs musculaires sur le chemin, mais croyez moi, votre corps va s’habituer et devenir beaucoup plus endurant, c’est d’ailleurs  assez impressionnant! La plus longue étape que j’ai fais était au Portugal, vers la fin de mon parcours : 46km. Inutile de rajouter qu’il faisait 38 degrés ce jour là, bref, une bonne journée comme on les aime quoi! 😉

× Quel est le budget pour réaliser ce périple ?  (Logement, Nourriture etc)

Ahhh! La fameuse question du budget qui est revenue de nombreuses fois 🙂

Alors, effectivement ce petit périple a un coût.

Il faudra tout d’abord compter le déplacement vers votre point de départ, qui pour moi était le Puy en Velay. Pour ma part, habitant en Bretagne, cela m’avait coûté environ 70 euros en Co-Voiturage.

Ensuite, vous aurez un budget hébergement, et un budget nourriture, tout en sachant que le budget varie fortement entre la France et l’Espagne. Je dirais que mon budget total journalier dépassait rarement les 25-30 euros en France, et 15 euros en Espagne. (Approximativement)

Concernant l’hébergement :

En France vous aurez le choix entre différents types de gite, qui proposeront pour la plupart la nuit + le repas du soir et parfois même le petit déjeuner. Personnellement, cette formule était trop onéreuse pour moi. C’est pourquoi je prenais quasi toujours seulement la nuit, et je me débrouillais avec ma propre nourriture.

Soit les gites ont une cuisine où vous pouvez cuisiner votre popote ou réchauffer un plat (c’est tout de même souvent le cas), soit ils n’en ont pas, et dans ce cas, vous mangez froid, en mode picnic! (Vive les boites de taboulé, les crudités, le pain… :D). Parfois vous pourrez rencontrer de généreux pèlerins qui vous offriront le repas (c’est déjà arrivé pour ma part <3)

En moyenne, une nuit en dortoir dans un gite, revient environ à 15-17euros. Vous pourrez aussi trouver des gites communaux, un peu plus spartiates et moins chers (environ 11-12 euros la nuit)

Vous pouvez aussi marcher avec votre tente et limiter les frais d’hébergement. L’aventure sera beaucoup plus roots mais why not! (En France, je sais que c’est autorisé ou du moins toléré, en Espagne, pas sûre, à vérifier!). J’ai rencontré sur ma route un groupe de personne qui faisait le chemin avec leurs tentes, j’ai dormi avec eux quelques jours, à dormir dans des champs, me laver aux robinets des cimetières… on veut de l’aventure ou on en veut pas hein 😀 ! Mais je vous assure : Imprévu = mémorables souvenirs!

341

En Espagne, et bien c’est simple, votre porte monnaie va vous adorer 😀 ! Effectivement, l’Espagne est tout de même plus abordable financièrement parlant. Je dormais la plupart du temps dans des grands gites communaux, parfois religieux où la nuit ne me coûtait rarement plus de 5-6 euros. Il me semble que tous les gites que j’ai fais en Espagne avait des cuisines. Vous verrez, l’ambiance est différente, vous vous retrouverez dans d’immenses dortoirs, et vous rencontrerez des personnes du monde entier. Votre confort et votre intimité seront un peu bousculés, mais je vous promets, c’est une expérience hors du commun qu’il faut vivre une fois dans sa vie :D.

Ah oui j’oubliais!!! Le meilleur! Les donativos! En France comme en Espagne, vous trouverez sur votre chemin des gites qui fonctionnent littéralement sur donation! Ce sont de loin les meilleurs gites que j’ai fais, ils sont ultra généreux et vous traitent comme des princes! En général le repas est inclu! (Le chalet du Bonheur à Sauboire et l’Alchimiste à Navarrenx sont mes plus beaux souvenirs)

Concernant la nourriture :

Je mangeais quasiment tous les jours en mode « picnic » et j’avais un budget nourriture d’environ 5-10 euros par jour en France, et un peu moins en Espagne.  Parfois un peu plus, parfois un peu moins… ça c’est comme les km, j’écoutais mes envies! Après une bonne journée de marche on a quand même envie de se faire plaisir! Il m’est arrivé plusieurs fois de me faire un bon restau et ça casse un peu le budget, mais bon! On a qu’une vie n’est ce pas! 😉

En Espagne, le prix de la nourriture est plus abordable, mais attention, vous croiserez de nombreux bistrots… un petit café par ci, des petites tapas par là ou encore des bons jus d’oranges pressées, et j’en passe… : les bistrots en Espagne sont sournois et sauront vous alpaguer pour vos nombreuses pauses  😀 . Je parle en connaissance de cause! Big up à mes copaing du camino, pour qui nos pauses au bistrot étaient sacrées 😀 .

Vous trouverez aussi des personnes à la générosité incroyable sur le bord de la route… :

852.3852.1

Vous aurez sans doute aussi de petites dépenses annexes comme par exemple si vous avez besoin d’aller à la pharmacie, ou même de vous acheter des petits souvenirs ou trucs du genre, après ça c’est libre à vous! 🙂

Après, je tiens aussi à vous dire que rien n’est impossible, si vous êtes un(e) aventurier(e) warrior de l’espace, et que vous êtes prêt à faire des sacrifices, vous pouvez le faire sans argent ou très peu, en comptant sur la générosité des personnes qui croisent votre chemin. C’est possible puisque j’ai rencontré (entre autre) une fille de 21 ans, qui est partie avec 50 euros en poche, pour plus de deux mois de marche, et elle a réussi!

Pour finir vous devrez payez votre déplacement pour revenir en France! Personnellement étant donné que j’ai continué de marcher jusqu’au Portugal, j’étais restée au Portugal un moment et j’avais fini par prendre un vol Lisbonne-Toulouse pour rentrer.

En conclusion, le chemin nécessite un budget mais celui ci dépends beaucoup de vous et de votre attachement au confort ou non, de vos priorités, de vos choix etc etc. Le chemin m’a énormément appris à vivre minimaliste, à voyager léger, à remettre en question ma consommation et surtout à me rendre compte qu’on peut vivre très heureux avec très peu! Après être indépendante et me faire plaisir de temps en temps était aussi important pour moi! 

× Avec quoi es tu partie dans ton sac à dos? (Vêtements,Chaussures, gel douche, tampons…?), quels sont les choses indispensables à emmener? 

Alors je vous conseille fortement de voyager léger, dans la mesure du possible. (Si vous le pouvez, pas plus de 10kg, je pense que c’est une bonne moyenne). Votre dos et vos épaules vous remercierons! Je vais essayer de faire la liste de ce que j’ai emporté, et de vous donner quelques conseils.

Je tiens à préciser que je suis loin d’être partie avec le matériel et vêtements techniques dernier cri, c’est très bien si vous le pouvez mais ce n’est en aucun cas une obligation! Personnellement je me suis très bien débrouillée avec les premiers prix techniques de chez Décathlon, ou même de vieilles affaires que j’avais déjà chez moi.

  • Première chose ultra importante pour laquelle vous pouvez peut être pousser le budget : vos chaussures! C’est clairement l’élément indispensable pour ce périple, vos pieds vous porteront jusqu’à Saint Jacques et ce n’est pas en Converse que vous allez y arriver! J’ai personnellement opté pour des chaussures de randonnée classique, montante, achetée chez Décath et ce fût parfait pour moi! C’est un modèle masculin mais je me sentais plus à l’aise dedans, n’hésitez pas à demander conseil en magasin, parce qu’on est tous différent!

 

  • Deuxième chose très importante : tout simplement votre sac à dos pardi! 🙂 . Il existe toute sorte de sac à dos, pour ma part n’ayant aucun problème de dos en particulier,  j’ai pris l’un des premiers prix chez décathlon, et ce fût également le top, super pratique. ( Je vous promets, cet article n’est pas sponsorisé par Décathlon haha, même si j’aimerais bien^^). J‘ai eu de temps en temps de petites douleurs dans les épaules et dos, surtout en fin de journée,  mais je crois que c’est malheureusement inévitable sur 2 ou 3 mois de marche non stop. D’autres marques seront certainement plus adaptées (mais plus chères) si vous souhaitez un confort optimal pour votre dos, et limiter les douleurs.

 

  • Dans mon sac à dos : ( tout en sachant que cela dépends également de la période à laquelle vous partez, personnellement je suis partie en Avril dans la fraicheur de l’Auvergne pour arriver sous une chaleur écrasante au Portugal, j’ai donc dû m’adapter!)

– Deux pantalons dont un legging et un pantalon léger de randonnée + 1 short

– Deux teeshirts (1 manches longues, 1 manches courtes, j’ai probablement dû me racheter un teeshirt à manches courtes en Espagne pour avoir un change)

– Un pull assez chaud type polaire

Une tenue pour le soir/nuit ( legging+teeshirt)

– Une robe d’été hyper légère pour les douces soirées en Espagne (je l’avais acheté sur place, il faisait très chaud)

– 3 ou 4 culottes + 3 paires de chaussette (vive le lavage à la main!)

– Une petite trousse de toilette en essayant de prendre le minimum:

Brosse à dent + dentifrice ; shampoing solide + après shampoing solide + savon solide (très très pratique et léger en voyage) ; cotons lavables + petit tube d’eau micellaire ou nettoyant ; petit tube de crème hydratante ; ma Cup pour mes règles! (Je n’utilise plus de tampons ou serviettes hygiéniques depuis plus de 5 ans, et ça m’a changé la vie, surtout en voyage où les grosses boites de tampons n’ont pas leur place dans le sac à dos!!) ; une mini brosse à cheveux + élastique, pinces ; mon indispensable basique petit kit makeup  (qui est devenu très vite beaucoup moins indispensable au fur et à mesure de la marche!)

– Une paire de tong (indispensable pour moi pour prendre ma douche dans les auberges ou tout simplement pour le soir et laisser mes petits pieds respirer)

– Une serviette microfibre

– Une mini trousse à pharmacie avec : quelques pansements pour les ampoules, quelques dolipranes, un petit tube de crème pour les pieds pour limiter les frottements et les ampoules, un petit tube de crème solaire

– Une cape de pluie qui vous couvre vous et votre sac à dos en cas de pluie

– Une gourde ou poche à eau

– Des lunettes de soleil (+casquette ou chapeau)

– Une doudoune chaude et très fine (En fait j’étais partie sans, et je ne m’attendais pas à ce qu’il fasse si froid au début de mon périple, j’étais congelée! Un pèlerin super généreux m’a littéralement donné sa doudoune! (Merci Olivier si tu passes par là!!) ❤ 

– Un petit sac léger en bandoulière, pour avoir à portée de main mon téléphone, mon porte monnaie, et mon guide. (Je vous conseille fortement d’avoir un petit guide pour avoir une idée des étapes, et des endroits où vous pourrez trouver un logement et des épiceries. Il en existe plusieurs, mais je vous mets en lien celui que j’avais utilisé, il est très léger, ludique et regroupe le plus important!)

– Un carnet d’écriture, ou journal, personnellement c’était mon petit rituel du soir ou j’écrivais ce que j’avais vécu dans la journée, ce que je ressentais etc. C’est un léger poids en plus mais c’était très important pour moi 🙂

 

Voilà… donc je dirais que cette liste contient mes « essentiels ». Après c’est libre à vous de partir avec moins ou plus. N’oubliez pas qu’à cela vous devrez ajouter le poids de l’eau et potentiellement de la nourriture. Vous pouvez aussi apporter votre appareil photo, écouteurs, une liseuse si vous souhaitez lire…etc. Encore une fois, ça, c’est libre à chacun! :).

PS : Mon savon solide me servait pour me doucher et également laver mes vêtements. Vous pouvez également emmener un petit fil que vous pourrez étendre pour faire sécher votre linge. (En général, les auberges en ont). Aussi, si vous vous rendez compte que vous ne vous servez plus de certaines affaires, vous pourrez toujours les renvoyer par la poste pour alléger votre sac. C’est ce que j’ai fais en Espagne en renvoyant mes affaires « d’hiver ».

452

× Comment se sont passées les étapes les plus longues physiquement et mentalement? En avais tu beaucoup?

Effectivement certaines étapes sont plus difficiles que d’autres : plus longues ou plus de dénivelé. Mais dans l’ensemble tout s’est bien passé! Je me souviens d’une énorme montée après le village de Conques, de l’éprouvante étape après Saint Jean Pied de Port qui traverse les Pyrénées, ou encore de longues journées sous la pluie ou le soleil plombant à n’en plus finir. Je me souviens de ces fameux 46km au Portugal. Oui il y aura peut être des jours où vous vous direz « Mais pourquoi je me suis embarquée là dedans? » mais sincèrement je crois que ça s’appelle juste « sortir de sa zone de confort »  mais, passé l’inconfort, vous verrez que ça vaut le coup!

Concernant le nombre de longues ou difficiles étapes, vous en aurez c’est certain mais non ce n’est pas tous les jours comme ça. Les pauses sont importantes, des petites pauses de 30 min  pour manger boire, et reposer vos petits pieds! Après comme je vous le disais plus haut, c’est VOUS qui décidez des étapes, et souvent vous pouvez vous arrêter au village le plus proche pour vous reposer si vous le souhaitez!

Personnellement, je ne crois pas m’être découragée à cause de la difficulté. Physiquement je savais que je pouvais le faire, et je dirais même que curieusement j’aimais ça! J’aime me lancer des challenges sportifs, j’aime repousser mes limites et essayer d’aller plus loin! A part quelques ampoules douloureuses, des grosses courbatures et mes pieds parfois en piteux état, c’était dur mais je savais que j’étais là où je devais être. Mentalement, je me sentais portée le long du chemin, beaucoup de choses se sont débloqués à l’intérieur de moi, ce fût un véritable cheminement intérieur. Il y a eu des jours sans, des doutes, des remises en questions et c’est normal! Mais finalement je crois que ce qui fait tenir c’est toutes les magnifiques rencontres que tu fais sur le chemin, c’est juste… incroyable, et ça te donne beaucoup de force, physique comme mentale!

IMG_1460

 

3H5A0383

773

× Qu’est ce qui a été le plus dur durant ton parcours?

Difficile de répondre à cette question, cette expérience a été tellement positive pour moi que j’ai du mal à me souvenir du négatif. Comme je le disais plus haut, le plus dur a sans doute été les étapes difficiles, les moments où tu as envie de te retrouver seule et que tu dois dormir dans un dortoir de 100 personnes, ou à l’inverse les moments où tu te sens vraiment seule, et que les rencontres du moment ne remplissent pas ton coeur. Ah, je crois que la chose difficile était aussi d’accepter que les rencontres soient parfois éphémères, dire adieu n’est parfois pas évident quand il y a eu une belle connexion.

788

× Tes plus beaux souvenirs de cette aventure?

Ahhh, ils sont tellement nombreux! Sans aucun doute toutes ces rencontres! Des soirées entières à refaire le monde, cette semaine hors du commun passé en tente avec des inconnus ou encore cette nuit passée dans un tippi.  Evidemment, l’émotion quand je suis arrivée devant la cathédrale de Saint Jacques mais également ce moment où j’ai vu l’océan après plus de deux mois de marche, wow… ! La rencontre avec « ma famille du camino », on a partagé tellement de choses, ce sont des amis très proches encore aujourd’hui. Cette nature luxuriante qui t’accompagne tout le long du chemin. Cette sensation de liberté, ainsi que celle de vivre pleinement.  La découverte de tous ces endroits, petits villages, villes, régions… bref comme vous pouvez le constater, c’est difficile de résumer mes plus beaux souvenirs!

775604110493

IMG_1708IMG_1640 (modifié)

× 3 mots qui résument ton aventure?

  • Magique : Le nom de mon blog La magie sur le Chemin – L’âme agit sur le chemin, provient bien de là! C’est assez difficile à transcrire, mais ce chemin est vraiment…magique.
  • Rencontres , c’est tout simplement la plus belle aventure de ma vie en terme de rencontres!
  • Renaissance : Le chemin marque le début de mon changement de vie et donc quelque part ce fût comme une renaissance. C’est à partir de là que tout s’est enchainé pour moi, et c’est à partir de là que j’ai réussi à profondément m’écouter, à dépasser mes peurs et choisir la vie que je voulais vivre.

 

IMG_1214698

IMG_2932

 

 

 

2 réflexions sur “Le chemin de Compostelle : Je réponds à vos questions

  1. Olivier

    Supers commentaires. Plusieurs départs de 2014 à 2019. Il ne faut pas avoir peur de prendre « su maleta ». Le Chemin est secure à l’extérieur mais inconfortable à l’intérieur, on y va pour se retrouver, et donc, de ce point de vu, c’est normal…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s